Marie-Christine

Les hypopressifs ont été une découverte longue et difficile, mais c’est justement pour ça que c’est encore plus satisfaisant. Les positions au départ sont compliquées et nécessitent la sollicitation de muscles qui deviennent de plus en plus toniques.

Selon moi, le grand avantage de continuer à s’entraîner avec des hypopressifs est de maintenir des niveaux élevés de souplesse et de résistance, par exemple dans mon dos, qui est souvent maltraité lorsque je soulève mes petits-enfants qui pèsent 30 kg, et cela sans aucune conséquence, grâce à mes entraînements quotidiens.

De plus, même si je ne suis plus toute jeune, mon plancher pelvien ne montre aucun signe de prolapsus et même les échographies montrent que mes organes pelviens sont bien positionnés. Je crois qu’il est important de continuer à faire de l’exercice régulièrement.

Merci à Mimi qui nous a montré cette technique et qui nous entraîne chaque jour, augmentant progressivement la difficulté pour que les exercices soient toujours un défi.

Retraitée

Tags :
Santé |Troisième âge

Découvrez d'autres témoignages

Nunzia

Il y a deux ans, après avoir subi une mastectomie, mon oncologue m’a conseillé de faire de l’activité physique pour mieux récupérer de l’opération.

Lire plus >

Bénédicte

Je m’appelle Bénédicte, j’ai 49 ans. Je suis atteinte d’endométriose sévère, j’ai subi en 2018 une hystérectomie totale avec conservation des ovaires à cause de la maladie. Je suis toujours sous traitement hormonal contre l’endométriose.

Lire plus >

Yenny

Je souffre d’essoufflement depuis l’enfance, et je ne peux pas me passer de mes médicaments. Quand je pratiquais une activité intense ou trop fatigante, ma respiration devenait lourde et mon essoufflement reprenait de plus belle : c’était très douloureux.

Lire plus >